Vainqueur de Lucerne par la marge la plus étroite (1-0), Servette remporte sa première victoire en Super League depuis son retour dans l’élite du ballon rond helvétique. Un succès capital avant le déplacement à Bâle samedi…

Mission accomplie! Les grenats ont répondu présents. Deux points en autant de matches (1-1 à Berne face aux Young Boys, puis 0-0 à domicile face au FC Sion), c’était bien, mais ils se devaient de franchir un palier supplémentaire à l’occasion de leur troisième match en Super League en remportant la totalité de l’enjeu.

Steve Rouiller Défenseur central du Servette FC

 

 

Reste que tout n’a pas été facile à un adversaire plus aguerri et plus expérimenté. D’ailleurs, les premières occasions de la partie ont été lucernoises et les joueurs d’Alain Geiger n’ont tiré leur premier corner qu’à la demi-heure. Substitut de Gaël Ondoua (blessé une semaine plus tôt contre le FC Sion) au poste de sentinelle devant la défense, Boris Cespedes revient sur les vingt à vingt-cinq premières minutes de la rencontre.

Boris Cespedes Demi défensif du Servette FC

 

Cependant avec huit occasions de buts nettes (Tasar deux fois, Chagas deux fois, coup franc de M. Stevanovic sur la barre transversale, Kone seul face au gardien, sans oublier le but décisif du  numéro neuf servettien à l’heure de jeu) pour les grenats contre trois aux Lucernois, le résultat final ne discute pas, il s’apparente à même à un salaire minimum.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Toujours à la recherche d’un équilibre

Ces trois premiers matches encourageants, assortis d’une troisième place au classement, pourraient donner l’impression que Servette (qui est désormais la seule équipe invaincue du championnat avec les Young Boys) a digéré le saut de la Challenge à la Super League…
En réalité, le processus d’apprentissage continue et l’entraîneur Alain Geiger doit constamment veiller à trouver et à garder le bon équilibre entre volonté offensive (prendre le jeu à son compte pour se créer des occasions en mettant l’adversaire sous pression) et solidité défensive (assurer ses arrières pour éviter de se faire surprendre lors d’une action de rupture).

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Comme contre le FC Sion, Varol Tasar (ci-dessus) est sorti en seconde mi-temps. Mais même s’il n’a pas encore trouvé les automatismes avec tous ses coéquipiers, il est apparu en progrès. Fait intéressant à souligner: son entente naissante avec Miroslav Stevanovic qui lui a fourni deux assists lors des occasions de buts qu’il s’est procurées. Au four et au moulin comme d’habitude, ce dernier a été sans doute le meilleur joueur sur le terrain dimanche. Ce qui lui les louanges de son entraîneur. Selon le mentor valaisan de la Praille, « Miča » n’a qu’un seul defaut : il est trop dur avec lui-même.

 

 

Radio Lac