Ne coupons pas les ailes de Genève aéroport ! C’est le cri du coeur lancé par les opposants à l’initiative 163, « Pour un pilotage démocratique de l’aéroport », sur laquelle les Genevois vont voter le 24 novembre. Les partisans du contre-projet ont redit jeudi matin l’importance de Cointrin pour la croissance des entreprises. L’aéroport est vital pour les secteurs de la finance, de l’horlogerie et des matières premières. Yvan Pictet, Président de la Fondation pour Genève, a rappelé l’importance économique de la Genève internationale.

Yvan Pictet Président de la Fondation pour Genève

Les partisans du contre-projet craignent de mettre la gouvernance de la plateforme aéroportuaire dans les mains du Grand Conseil. Vincent Subilia, président de la chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève.

Vincent Subilia Directeur de la CCIG

Thierry Moreno, fondateur de NV logistics, exploitant d’un service de douane et de fret, a rappelé l’importance de l’aéroport. 90’000 tonnes de marchandises transitent chaque année par Cointrin.

Thierry Moreno Fondateur de NV logistics

Pour Yvan Rochat, président de l’association transfrontalière des communes riveraines de l’aéroport, il ne s’agit pas de piloter Cointrin mais d’avoir un droit de regard environnemental sur le développement de celui-ci.

Yvan Rochat Président de l’ATCR

Les partisans du contre-projet comptent sur les avancées technologiques pour réduire les nuisances.

Radio Lac